Mieux comprendre le portage salarial

Inscrit dans le Code du travail depuis 2008, le portage salarial connaît une expansion notable. Ce mode de travail implique l’intervention de trois acteurs : un travailleur indépendant, une entreprise de portage et un établissement client. De fait, il repose sur un contrat de nature commerciale et un contrat de travail. Quelle relation lie les parties et comment fonctionne ce système ? Explication dans ce guide du portage salarial.

En quoi consiste le portage salarial ?

Apparu vers la fin des années 80, le portage salarial désignait un système de transformation des honoraires en salaire. Il s’appliquait uniquement aux personnes désireuses de travailler de manière autonome et aux cadres en transition professionnelle disposant d’une expertise. Mais plus tard, dans les années 2000, il connaît de profondes métamorphoses. L’ordonnance n° 2015-380 du 2 avril 2015 portant sur le portage salarial et sa définition le considère comme un ensemble organisé constitué par, d’une part, la relation entre une entreprise dénommée entreprise de portage salarial, effectuant une prestation au profit d’une entreprise cliente, qui donne lieu à la conclusion d’un contrat commercial de prestation de portage salarial, et d’autre part, le contrat de travail conclu entre l’entreprise de portage salarial et un salarié désigné comme étant le salarié porté, lequel est rémunéré par cette entreprise. À la recherche d’une entreprise de portage salarial ? Cliquez ici.

Elle s’occupe de la partie administrative de vos missions : contrat, facturation, relance client, etc., et vous reverse un salaire. En tant que consultant porté, vous proposez vos prestations à des entités, tout en négociant librement les tarifs de vos services avec elles. Elles peuvent œuvrer dans différents domaines : coaching, ressources humaines, informatique, graphisme, comptabilité, etc. Qu’importe la nature de l’activité que vous menez, l’établissement de portage salarial garantit un accompagnement adapté à votre profil.

Guide du portage salarial : pour quelles raisons choisir ce système ?

Le premier motif pour lequel beaucoup choisissent ce mode réside dans le gain de temps. En général, un travailleur indépendant dispose de deux possibilités : créer une entreprise ou une micro-entreprise. Certes, ces démarches donnent la possibilité de trouver des clients, de négocier des marchés et de gérer son temps. Mais elles impliquent d’effectuer soi-même diverses formalités administratives : établir les factures, les bilans, relancer les clients, etc. En revanche, en portage salarial, le consultant porté ne s’occupe plus des questions administratives, elles relèvent de la responsabilité de l’entreprise qui l’emploie. Ce qui lui garantit de se concentrer uniquement sur son activité. Par ailleurs, vous bénéficiez de multiples avantages sociaux. Entre autres, vous dépendez du régime général de la sécurité sociale, obtenez une assurance responsabilité civile et profitez d’une cotisation à la retraite. De plus, vous disposez du droit au chômage lors de la fin du contrat de travail et profitez de congés payés. Autre avantage, la définition du portage salarial vous garantit le suivi de l’entreprise. Elle organise des formations pour aider les consultants portés à acquérir des techniques en vue de booster leur chiffre d’affaires et développer leur activité. Incubateur de talents, l’établissement prévoit aussi des rencontres. Ce qui représente une opportunité pour développer votre réseau de partenaires. Par-dessus tout, elle vous rémunère.

Combien perçoit le consultant porté ?

Le consultant porté négocie lui-même ses tarifs auprès des entreprises bénéficiaires de ses prestations. Le montant qu’il facture ne représente cependant pas sa rémunération nette, mais plutôt son chiffre d’affaires. En effet, puisqu’il intègre le rang des employés de la société de portage salarial, certains frais sont prélevés sur son salaire. Celle-ci perçoit des frais de gestion dont le taux varie entre 5 et 10 % en fonction de l’ancienneté du salarié. L’établissement prélève également des charges sociales sur la rémunération du consultant. Grâce à ce prélèvement, il continue de bénéficier de la couverture maladie et des autres droits sociaux. Au total, après le retrait de ces frais, la rémunération nette du consultant avoisine les 50 % de son chiffre d’affaires. Il convient de rappeler qu’avec ce mode si vos clients tardent à honorer leur engagement financier, l’entreprise de portage salarial peut effectuer une avance sur salaire. La rémunération du consultant porté reste donc garantie, ce qui ne constitue pas une évidence dans le cas du travailleur indépendant non porté.

Qui peut recourir au portage salarial ?

Le portage salarial s’applique à plusieurs profils de travailleurs. Des entrepreneurs qui souhaitent tester un projet sans risques peuvent y recourir, plutôt que d’opter directement pour la création d’une entreprise, encore que cette démarche nécessite un investissement considérable. La définition du portage salarial est telle qu’il s’adresse également aux cadres disposant d’une expertise, et qui envisagent de proposer des prestations tout en restant indépendants. Selon le fonctionnement du portage salarial et sa définition, on peut cumuler une pension retraite avec des revenus de salarié. Cela constitue un avantage aux profits des jeunes retraités. Outre la pension de retraite, on peut cumuler son salaire avec ses revenus. Les professionnels qui exercent à temps partiel et qui souhaitent réaliser des missions en portage peuvent donc aussi profiter des mesures de cette disposition auprès d’une entité spécialisée.