creation-de-societe

Les relations familiales

Contrairement à certains pays anglo-saxons, la création d’entreprise et l’initiative entrepreneuriale ne sont pas des caractéristiques fortes de notre culture sociale. En conséquence, à moins qu’il ne soit issu d’une famille d’entrepreneurs, le salarié qui s’engage dans la création ou la reprise d’entreprise peut être perçu comme : un irresponsable, un rêveur, un ambitieux au delà de ses moyens, un individu qui souhaite inconsidérément changer de classe sociale. La famille et les amis proches n’échappent pas à cette attitude et souvent des tensions, des reproches, des incompréhensions, apparaissent dans les relations.

Il ne faut pas s’en alarmer; il s’agit de réactions naturelles d’inquiétude car aux yeux de vos proches tout se passe comme si vous deveniez quelqu’un d’autre qu’ils ne connaissent pas encore. Avec le temps et au fur et à mesure de l’avancement de votre projet, les rapports s’améliorent et votre conjoint, vos enfants, vos amis vous apporteront leur aide ou leur soutien. Il est à noter que de nombreux chefs d’entreprise voient se modifier leur cercle d’amis au profit de nouvelles relations dont les préoccupations, les valeurs sont plus proches. Toutefois, il est important de prendre conscience de la réalité de ses nouvelles responsabilités nées de l’engagement de l’avenir, de l’épargne et parfois des biens familiaux.

La vie sociale

Un chef d’entreprise occupe une place particulière qu’il soit commerçant, artisan, responsable d’une PME et quelle que soit la taille de l’entreprise qu’il anime. Son rôle et ses responsabilités en qualité d’employeur, d’acteur économique et parfois d’élément moteur de la vie du quartier, de la commune ou de la région sont réels. Par ailleurs, de par son activité, l’entrepreneur devient un des rouages d’un circuit économique parfois complexe, sur lequel sa réussite ou ses difficultés auront une incidence.

En conséquence, plus qu’un salarié, un entrepreneur a des responsabilité et une image sociale qu’il n’est pas toujours facile d’assumer et d’assurer et dont il faut prendre conscience avant de s’engager dans un projet d’entreprise. Ce rôle social fait que l’entrepreneur est amené à être ou devenir un homme ou une femme de communication, de commerce et de négociation qui sera écouté ou bien critiqué. Il impose de ne pas être isolé, bien au contraire.

L’univers professionnel

A l’exception des salariés ayant vécu leur expérience professionnelle dans une PME, la plupart des futurs entrepreneurs vont devoir travailler dans un nouvel environnement. Ce dernier sera dans tous les cas celui d’une structure plus réduite que celle de la grande entreprise dans laquelle ils avaient l’habitude d’évoluer.

Dans une P.M.E, la proximité des relations avec le personnel modifie les rapports hiérarchiques et le nombre réduit de collaborateurs nécessite une forte délégation des responsabilités. Le nouveau chef d’entreprise ne doit pas s’attendre à retrouver le respect convenu de son autorité, de sa fonction ou de sa place, mais devra le gagner par son sens du management et son professionnalisme. Il devra apprendre à partager les responsabilités avec l’ensemble du personnel qui parfois sera plus expérimenté et plus qualifié que lui sans se départir de son rôle de manager et de chef d’entreprise. Pour certains, le domicile deviendra le lieu de travail et il faudra s’y construire un univers professionnel acceptable et accepté par les autres membres de la famille. Au total et quel que soit le projet, le nouvel entrepreneur devra se reconstruire un univers professionnel, inventer une organisation, créer ses propres contraintes et obligations.

Articles similaires