creation-de-societe

Pour créer une entreprise, il faut être capable d’estimer la valeur et le potentiel de l’idée de départ, puis s’intéresser aux différents statuts juridiques. Une bonne préparation permet de créer une entreprise dans des conditions qui favoriseront très nettement son expansion future.

Créer une entreprise, cela commence avec une simple idée. Les idées audacieuses et innovantes peuvent être à la source de succès étourdissants… comme d’échecs cuisants. Il est en effet extrêmement difficile d’évaluer le besoin réel du public lorsqu’il s’agit de la commercialisation d’un concept entièrement nouveau. Une étude de marché appropriée doit donc être menée avec le plus grand soin avant de se lancer. Lorsque l’idée de départ pour créer une entreprise s’inscrit dans une tradition, il suffira de vérifier que la concurrence n’est pas saturée, et de trouver un argument au moins pour s’attirer la préférence du public (expérience, savoir-faire, services supplémentaires etc.).

Les statuts juridiques pour créer une entreprise vont déterminer sa nature (personne physique ou morale), son régime fiscal, et le degré de responsabilité du gérant et de ses associés. Les deux formes les plus couramment utilisées sont l’EI et la SARL. L’EI n’est pas considérée comme une entité juridique : les bénéfices se soumis à l’impôt sur le revenu. En cas de faillite, l’intégralité des biens personnels du gérant peuvent être saisis. Créer une entreprise individuelle peut donc être risqué, mais présente l’avantage d’être rapide, et simple à gérer.

À l’inverse, la SARL permet de créer une entreprise où la distinction entre gérant et associés d’une part, et personne morale de l’entreprise de l’autre est opérante : les bénéfices sont soumis à l’impôt sur les sociétés, et, en cas de faillite, la responsabilité des associés se limite à hauteur de leurs apports personnels. Pour créer une SARL, un capital minimum d’un euro est suffisant (mais devra être réévalué selon le secteur d’activité).

Articles similaires