creation-de-societe

Vous arrivez à la fin de la première partie de votre programme. Le travail que vous avez réalisé vous a fait parcourir beaucoup de chemin et il est maintenant temps de faire un premier bilan pour définir ou préciser votre projet d’entreprise. Cependant, avant de vous engager dans l’élaboration proprement dite de votre projet, nous vous proposons d’aborder ce qui constitue deux des difficultés majeures dans le processus de réalisation d’un projet d’entreprise.

Qu’il s’agisse de création ou de reprise d’entreprise, nous envisageons généralement d’utiliser le savoir-faire « technique » que nous avons acquis au cours de notre expérience professionnelle, pour en faire l’activité principale d’une entreprise dans le cadre du statut juridique ou de l’opération d’achat qui nous semble le plus approprié.

C’est ainsi que le maçon veut créer une entreprise de maçonnerie, le technicien en informatique une société de maintenance ou de conseil, le spécialiste en technologie biologique un laboratoire de recherche ou encore que le directeur de la filiale d’une société de production de sucre, envisage de racheter une entreprise d’exploitation sucrière, le directeur des ressources humaines un cabinet conseil en ressources humaines, un responsable commercial une entreprise de négoce, etc.

Convaincu que les activités de notre entreprise seront avant tout les produits de notre travail et que cela sera aussi le gage de notre réussite, nous mettons toute notre énergie à construire une offre commerciale qui est le reflet de nos compétences et une organisation de l’activité reposant principalement sur notre savoir faire technique et notre capacité de travail.

Cette confusion entre un savoir-faire et une entreprise qui utilise ce savoir-faire est fréquente et « normale ». En effet, notre expérience de salariés nous fait tout naturellement envisager une activité professionnelle comme un travail à faire et une entreprise comme l’endroit où l’on se rend pour y faire ce travail.

Du point de vue de la réalisation d’un projet d’entreprise cette méprise, qui est à l’origine de nombreuses difficultés et de nombreux dépôts de bilan, comporte aussi trois effets pervers.

Concentré sur la nécessité d’utiliser ses compétences et tout son savoir-faire, cet entrepreneur « débutant » oublie de s’intéresser à la clientèle qu’il envisage de capter et construit une offre de produits de services qui correspond bien à ce qu’il est capable de faire, mais ne répond pas aux attentes et aux besoins du marché.

N’envisageant l’activité de son entreprise qu’à travers sa propre activité, cet entrepreneur « débutant » met en place une stratégie qui tient exclusivement compte de ses contraintes et de ses capacités personnelles ce qui limite sa vision et à terme le développement son entreprise.

Comment imaginer l’avenir d’une entreprise qui n’existe commercialement aux yeux de sa clientèle que lorsque son dirigeant est présent, à laquelle on ne peut pas s’adresser lorsque celui-ci est en vacances, malade ou pour toute autre raison dans l’incapacité de réaliser lui-même la production ou d’assurer lui-même la prestation de services.

Mais surtout comment cette entreprise pourra faire évoluer ses produits et ses services en fonction des besoins du marché si son offre est limitée au savoir-faire du dirigeant ?

Il est indispensable que vous compreniez que vous n’êtes pas l’entreprise que vous allez diriger et que cette entreprise n’est pas vous. L’entreprise que vous allez créer ou reprendre aura une vie différente de la vôtre, des contraintes différentes des vôtres, obéira à des lois qui ne seront pas les vôtres, devra gérer des relations avec son environnement économique et humain qui ne seront pas semblables à celles que vous entretenez habituellement avec votre entourage.

L’entreprise que vous devrez créer ou acheter doit être un outil, une « personne » économique dont l’unique raison d’être est la satisfaction des besoins sur un marché déterminé. Sa survie et sa longévité dépendront de sa capacité à remplir efficacement cette fonction et certainement pas de l’aptitude de son dirigeant à maîtriser telle ou telle technique.

Articles similaires