creation-de-societe

Devenir auto entrepreneur, c’est accepter d’être soumis à un régime microfiscal, un régime simplifié avec une facture mentionnant « TVA non applicable ». Salarié, retraité, étudiant, mère au foyer… peuvent devenir autoentrepreneur, que ce soit pour réaliser des activités en complément de revenus ou comme activité principale. C’est ainsi un régime qui vous permet de gérer plus facilement une activité indépendante que vous aurez choisi de faire comme un métier.

Il n’y a pas plus simple que de devenir auto entrepreneur. La première raison est le fait que la démarche auto entrepreneur est des plus simples. Pour créer officiellement son micro entreprise, il suffit de remplir un formulaire et de l’accompagner d’une pièce d’identité. Ce formulaire peut être rempli en ligne ou dans un centre de formalité des entreprises le plus près de chez vous. Par ailleurs, généralement, le statut d’auto entrepreneur n’exige pas l’obtention d’un diplôme, sauf pour certains métiers qui demandent de l’autorisation outre les diplômes. À la réception de votre dossier et à son acceptation, vous obtiendrez au final un numéro siret, une notification sur le régime d’imposition correspondant à votre type d’activité en ce qui concerne les bénéfices et la TVA. Des coordonnées de responsables fiscaux et d’un correspondant dédié pour vous informer sur les exonérations et les allègements fiscaux vous seront également fournies à la même occasion. Ce régime particulier de travailleur peut s’adapter pour tout type de métier, que ce soit pour une profession libérale, une profession commerciale ou artisanale. Toutefois, dans le dernier cas, un stage à l’installation est obligatoire, ainsi qu’une inscription au répertoire des métiers. Un autre avantage du régime auto entrepreneur est aussi la fiscalité. Les auto entrepreneurs sont effectivement soumises à un régime microsocial. Ce qui signifie que la fiscalité de l’auto entrepreneur est la même que celle d’un micro entreprise. En outre, ils sont le droit de demander un prélèvement libératoire de l’impôt sur revenu ou d’une exonération temporaire de taxe professionnelle. Pour ce qui est des impôts d’ailleurs, il suffit de faire chaque année une déclaration de revenus ou du montant total de ses recettes pour calculer les charges sociales en fonction de l’évaluation d’un bénéfice forfaitaire. Une livre de comptabilité n’est donc pas obligatoire, une simple livre de recette suffit. La déclaration des chiffres d’affaires devra obligatoirement se faire tous les mois ou tous les trimestres, même si elles sont nulles. En l’absence d’activités également, l’auto entrepreneur ne paie pas de charges sociales. Notons toutefois qu’en termes de revenus, la loi exige qu’elles ne dépassent pas les 81 500 € par an pour les activités commerciales, quand pour les activités à bénéfice non commerciales, le seuil est de 32 600 € hors taxes.

Découvrez plus d’avantages et d’inconvénients du régime d’auto entrepreneur sur cette page :

http://www.sageone.fr